Ressource
Présentation

POLLUTION URBAINE

  • POLLUTION URBAINE

 

Depuis les années 50, les rejets dans les rivières se sont multipliés : Voici un échantillon des principales pollutions de l'eau entrainant la dégradation des milieux aquatiques.

 

Événements
Eutrophisation du Doubs franco-suisse !
pecheur-doubs
Pollution du Doubs Franco-Suisse

Emission Radio RTS (16 min à écouter)

 

Pollution aquatique de la Loue

© France 3

Pollution aquatique sur la riviére Bienne

© France 3

Accueil >> Presse >> IGFA pour SOS LCR

IGFA pour SOS Loue Rivières Comtoises

"La qualité de nos rivières est une question environnementale, 

bien sûr, mais aussi un enjeu en termes de tourisme et d'image

de marque " Philippe Koeberlé"

 

 

Le collectif SOS Loue et rivières comtoises vient de se voir décerner le prix 2016 de l'association américaine International Game Fishing. Dont le jury couronne ainsi pour la première fois des Français.

 

 

 

 

Reconnaissance internationale du Collectif LRC

" Nous avons été les premiers surpris et c'est une reconnaissance internationale d'autant plus belle que cette association, dont ont fait partie des personnalités comme l'écrivain Hemingway et l'as de l'aviation Pierre Clostermann, compte 22.000 membres à travers le monde entier."

 

Membre de SOS Loue et rivières comtoises, Philippe Koeberlé se réjouit de voir son collectif couronné par l'International Game Fishing Association qui lui a décerné son prix 2016.

 

Basée en Floride, la vénérable institution internationale, créée au départ pour recenser les plus belles prises de poisson dans le monde entier, s'est peu à peu spécialisée dans la protection de l'environnement. Et décerne ainsi depuis 1983 un prix annuel pour soutenir les efforts, en la matière, d'une association dans le monde.

 

 

"Les diagnostics,

c'est bien,

mais il faut des

traitements derrière."

 

 

Il se trouve ainsi que le collectif comtois (regroupant depuis 2011 une trentaine d'associations et plus de 300 membres individuels) est le premier organisme français à se voir ainsi honoré (après avoir déjà décroché l'an dernier le prix européen Charles Ritz).

Outre le chèque de 1 500 dollars, toujours appréciable, ce prix international consacre le sérieux et la pertinence du combat mené en faveur des cours d'eaux comtois.

Un coup de pouce et de chapeau qui arrive à point nommé car, comme le souligne Philippe Koeberlé : "Pour l'instant, c'est toujours le calme plat. Après moultes études et réunions, rien n'a été décidé. Nous espèrons que cette distinction va permettre de faire bouger les choses, en rappelant aux politiques la nécessité d'agir. Car il s'agit d'environnement bien sûr mais aussi de tourisme et plus globalement d'image de marque."

Et de citer l'enquête réalisée par la CCI du Doubs auprès de 1 500 entrepreneurs du département en leur demandant où is en étaient avec leurs eaux usées : "Un questionnaire qui a reçu seulement 148 réponses, dont 60 % indiquant qu'ils ne savent pas ce que deviennent leurs eaux usées..."

 

Pour le militant, par ailleurs écrivain, il y a donc plus qu'urgence. "D'autant qu'après l'apron, l'ombre vient d'être classé en liste rouge, c'est à dire en voie d'extinction prochaine, en Franche-Comté. Sachant que la Loue, le Doubs Franco-Suisse, l'Ain, la Bienne, le Dessoubre et le Cusancin comptent toujours moins de poissons et toujours plus d'algues vertes, comme en témoignent les différents rapports. Les diagnostics, c'est bien, mais il faut qu'il y ait des traitements derrière !" Or, selon lui, pour l'instant, les pouvoirs publics persistent à noyer le poisson, au propre comme au figuré.

 

Pierre Laurent