Ressource
Présentation

POLLUTION URBAINE

  • POLLUTION URBAINE

 

Depuis les années 50, les rejets dans les rivières se sont multipliés : Voici un échantillon des principales pollutions de l'eau entrainant la dégradation des milieux aquatiques.

 

Événements

Pollution du Doubs Franco-Suisse

Emission Radio RTS (16 min à écouter)

 

Pollution aquatique de la Loue

© France 3

Pollution aquatique sur la riviére Bienne

© France 3

SOUTENEZ LA PROTECTION DES RIVIERES DE FRANCE

 
Accueil >> Detail

Epandage à Charmauvillers (2)

10/01/2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EST REPUBLICAIN DU 08/01/2018

 

Suite à l’épandage sur neige à Charmauvillers, l’affaire, à la connaissance de Claude Malavaux, secrétaire de la Fédération de pêche, « s’est soldée pour le contrevenant par un petit timbre-amende à 135 € infligé par l’Agence française pour la biodiversité (AFB). »

 

Dissuasif, pensez-vous ?

 

Non, puisque deux semaines après, le même agriculteur épandait depuis la route cette fois en pleine tempête et à la veille de très fortes précipitations.

 

Le président de la société de pêche La Franco-Suisse, M. Triboulet, nous en a alerté.

 

Patrice Malavaux, garde-pêche de la Franco-Suisse également.

 

Dans le même temps, circulent les photos d’un autre agriculteur en plein épandage du côté de Vuillecin.

 

Suite à ces actions, les responsables au sein du monde de la pêche réagissent avec colère et rappellent que tout épandage hivernal est nocif, même sans neige et sur sol sec, que même la Chambre d’agriculture préconise d’éviter les épandages en moyenne montagne de novembre à fin mars.

 

« On constate que peu de monde respecte ces recommandations : il n’y a qu’à ouvrir un peu l’œil et les narines en sillonnant nos plateaux ».

 

Qui plus est, poursuit Claude Malavaux, « les pratiques d’épandage sur la neige et sur sols humides, formellement interdites, sont effectivement moins fréquentes, mais pas si rares que les porte-parole des syndicats agricoles ou de la filière comté ne le laissent entendre, l’actualité est là pour le prouver ! Pour nous autres, défenseurs de nos rivières, 2018 commence bien ! »

 

La fédération de pêche, les APPMA ne savent plus à quel saint se vouer.

 

Elles déplorent, par la voix de M. Malavaux, « le laxisme de l’Etat qui a en charge cette mission. Quant à nos représentants départementaux, hormis un communiqué laconique déplorant ces pratiques, aucune mesure contraignante n’a été prise à l’encontre de ces contrevenants, pas la moindre plainte en vue… Ce qui est à craindre, c’est de voir à nouveau le fond de nos rivières virer au noir dès que les débits diminueront et de déplorer par la suite des mortalités piscicoles au printemps, les poissons étant très fragiles en sortie d’hiver. »

 

De notre correspondant local, José Sorribes