Ressource
Présentation

POLLUTION URBAINE

  • POLLUTION URBAINE

 

Depuis les années 50, les rejets dans les rivières se sont multipliés : Voici un échantillon des principales pollutions de l'eau entrainant la dégradation des milieux aquatiques.

 

Événements
Eutrophisation du Doubs franco-suisse !
pecheur-doubs

 

Les riviéres de Franche Comté meurent !

Anper-tos-accuse

Pollution aquatique de la Loue

© France 3

Pollution aquatique sur la riviére Bienne

© France 3

Accueil >> Detail

Le Léguer, rivière de Bretagne

10/02/2017

En « no-kill » sur le Léguer, rivière de Bretagne.

 

Expérimenter une nouvelle gestion de la pêche du saumon sur le Léguer, rivière de Bretagne : Le saumon constitue un patrimoine piscicole remarquable mais fragile. Miser sur le développement de sa pêche pour participer au développement touristique du territoire constitue une gageure. Les AAPPMA du Léguer, la fédération de pêche des Côtes d'Armor, Lannion Trégor Communauté et le bassin versant « Vallée du Léguer », ont décidé de relever le défi en proposant de prolonger la pêche au saumon en « no-kill » après l'atteinte du taux de capture autorisé (T.A.C.).

 

Dès les années 70, les Bretons se mobilisent très fortement pour la sauvegarde de leur ressource en eau et des écosystèmes de leurs rivières. Sur le Léguer, cette action prend un tour emblématique en 1995 avec la décision de procéder à l'effacement du barrage de Kernansquillec qui opposait alors un obstacle majeur à la libre circulation des espèces migratrices. Cette décision, qui constituait une première nationale a révélé à tous les acteurs de la vallée et aux collectivités locales une puissante symbolique territoriale, notamment sous l'angle du lien « terre/mer » (« Argoat et Armor »). En quelque sorte, la rivière, soudain libérée de ses entraves indiquait la pertinence d'un territoire homogène d'action pour la reconquête de nos rivières qu'on appellera bientôt « Bassin versant ». Cette « révélation » explique sans doute l'attention constante des élus, des associations et des acteurs économiques pour « leur » rivière. Depuis plus de 20 ans, de nombreuses actions de préservation de la qualité de l'eau et des milieux aquatiques sont menées sur le bassin versant de la Vallée du Léguer. Dans le même temps, une politique d'acquisition de rives, menée par la Fédération de pêche et les collectivités, a permis d'éviter la privatisation de la rivière.

 

1 - Pêche du saumon sur le Léguer : un cadre actuellement restrictif pour le tourisme pêche

 

Le Léguer est l'une des plus belles rivières de France pour la pêche sportive, l'une des rares à accueillir encore une population significative de saumons atlantiques.

La fragilité de cette population classée « espèce protégée » entraîne, à juste titre, une règlementation très stricte de sa pêche.

Le « Total Autorisé de Captures » (TAC) y est fixé à 49 saumons « de printemps » par an et pour toute la rivière. Ce TAC est actuellement la seule modalité réglementaire de régulation de l'activité de pêche, de sorte que celle-ci est interrompue, chaque année, prématurément, générant une grande frustration des pêcheurs passionnés et freinant la valorisation du territoire par le tourisme-pêche.

L'exploitation des déclarations obligatoires des captures montre que la ressource est exploitée quasi exclusivement par les pêcheurs locaux, ne laissant que peu de chances au touriste-pêcheur de connaître l'émotion de la rencontre mythique avec le « Poisson-Roy ».

 

Le projet propose de valoriser ce très précieux patrimoine, sans impacter la ressource.

2 - Proposer une alternative, innover, privilégier l'initiative individuelle :

 

Si la pêche de loisirs reste pour quelques-uns attachée à une fonction vivrière (très secondaire), ou, pour le moins à un plaisir gastronomique qui vient prolonger celui de la capture, elle s'affirme dorénavant comme une activité de pleine nature, au même titre que la randonnée ou le kayak. Les pêcheurs sont de plus en plus nombreux à remettre leurs captures à l'eau après une séance photo destinée à immortaliser leurs exploits. D'autres encore, sans doute la majorité, alternent les pratiques en fonction des circonstances. C'est dans ce contexte que se situe notre proposition.

 

Les principes :

 

* L'expérimentation est exclusivement proposée sur la base du volontariat du pêcheur, qui choisit, ou non, de s'inscrire dans le dispositif.

Pour ceux qui ne souhaitent pas y adhérer, la saison se déroule comme d'habitude, les règles générales de pêche restent inchangées, leur pratique n'est pas impactée par l'expérimentation. La saison de pêche du saumon de printemps débute à l'ouverture et se clôt dès la parution de l'Arrêté Préfectoral d'interdiction de la pêche au saumon sur le Léguer, suite à l'atteinte du TAC. 

 

* Pour le pêcheur volontaire, l'inscription dans le dispositif se fait au moment qu'il choisit.

Le pêcheur choisit son jour d'entrée dans le dispositif (dès l'ouverture, ou à la suite d'une première capture conservée, ou à l'atteinte du TAC), et y reste obligatoirement attaché jusqu'à la fermeture de la pêche du saumon de printemps qui intervient mi-juin. Il s'engage alors sur une technique de pêche et la remise à l'eau de tous les saumons capturés sur cette rivière pendant cette période.

 

* A la date d'entrée en vigueur de l'Arrêté Préfectoral (TAC atteint) portant interdiction de pêche au saumon,

seuls les pêcheurs inscrits dans le dispositif seront autorisés à pêcher.

 

La possibilité de pratiquer de mars à juin est ainsi ouverte aux pêcheurs, sans impacter la ressource. La période de pratique exclusivement « no-kill » sera évidemment favorable au « touriste pêcheur » la pression de pêche étant moindre.

 

Les conditions pratiques :

 

* L'inscription dans le dispositif est ouverte à tout pêcheur disposant d'une carte de pêche, réciprocitaires ou non, et ayant acquitté la taxe « Pêche des Poissons Migrateurs ». Elle ne requière pas l'adhésion particulière à l 'AAPPMA locale (l'AAPPMA de Lannion est non réciprocitaires). Elle est gratuite.

 

* Le pêcheur s'inscrit obligatoirement via le site internet de la Fédération Départementale de Pêche 22. L'inscription intègre une charte d'engagement des bonnes pratiques. L'inscription est possible à partir du 1er mars 2017 et jusqu'à la fermeture du 15 juin.

 

* Un technicien, commissionné par la Fédération Départementale de Pêche 22 et hébergé par Lannion Trégor Communauté, est affecté à plein temps à l'animation (assistance aux pêcheurs, recueil des données et informations souhaitées par les porteurs du projet) et à la surveillance du dispositif. Ce garde intervient en surplus des services de l'Etat, et en coordination avec eux.

 

* Les règles et conditions de pêche sont inscrites dans les arrêtés préfectoraux et dans la charte du pêcheur « No-Kill » signée par le pêcheur.

⁃ Pêche à la mouche, hameçon simple ardillon écrasé.

⁃ Ligne robuste permettant d'abréger le combat.

⁃ Epuisette à mailles sans noeud ou filet caoutchouc limitant les risques de blessure du poisson.

- Pas de poisson halé sur la rive (risques de lésions oculaires)

⁃ Pas de poisson hors de l'eau durant plus de 10 secondes, photo prise de préférence dans l'épuisette.

- Toutes les captures sont déclarées en temps réel

 

Un cadre réglementaire strict :

 

* Un projet validé lors du Comité de Gestion des Poissons Migrateurs (COGEPOMI) du 18 novembre 2016 qui a défini les conditions d'autorisation exceptionnelle de cette expérimentation.

 

* Le dispositif est encadré par les Arrêtés Préfectoraux (Préfet de département) réglementant la pêche en eau douce dans le Département des Côtes d'Armor et par l'Arrêté spécifique portant sur la pêche des poissons migrateurs, d'une part, et par l'Arrêté Préfectoral (Préfet de Région) portant interdiction de pêche du saumon après atteinte du TAC, d'autre part.

 

1 – Une expérimentation soumise à évaluation :

 

Chaque année en Septembre, un Comité de Suivi composé des partenaires de l'expérimentation évaluera le déroulement du dispositif et pourra le faire évoluer en conséquence.

 

Les aspects socio-économiques et biologiques seront évalués en partenariat avec des scientifiques de l'INRA Rennes (écologie et santé des écosystèmes) et de Agro campus-Rennes (économie, gestion, société).

Des représentants des pêcheurs volontaires seront associés à cette démarche.

 

2 – Une construction multi-partenariale :

 

De nombreux partenaires interviennent dans cette expérimentation :

 

⁃ Les Structures Associatives de la Pêche de Loisir : AAPPMA de Lannion et Belle-Isle-en-Terre, Fédération Départementale de pêche des Côtes d'Armor, Fédération Nationale de Pêche en France.

⁃ Des collectivités locales : Lannion Trégor Communauté, le Bassin Versant « Vallée du Léguer ».

⁃ Des acteurs du tourisme : Offices du Tourisme de Lannion Trégor Communauté et de Guingamp Baie de Paimpol.

⁃ Des partenaires institutionnels : Conseil Régional de Bretagne, Conseil Départemental des Côtes d'Armor, Agence de l'Eau Loire-Bretagne.

⁃ Les services de l'Etat : Agence Française de la Biodiversité, Direction Régionale Environnement Aménagement Bretagne, Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Côtes d'Armor.

⁃ Des partenaires scientifiques : Bretagne Grands Migrateurs, INRA-Rennes (écologie et santé des écosystèmes), Agro campus-Rennes (économie, gestion, société).

 

3 - Un projet intégré dans une dynamique de gestion « patrimoniale »

 

Le Léguer ne fait l'objet d'aucun déversement de poissons exogènes ; les règles de pêche s'adaptent donc aux capacités du milieu et non l'inverse !

 

Dans cet esprit, et porté par les mêmes acteurs que l'expérimentation de pêche au saumon sans prélèvement, un parcours réservé à la pêche à la mouche « truite » avec remise à l'eau de toutes les captures sera proposé à compter du 1er mai 2017, sur le site emblématique de l'emprise de l'ancien barrage de Kernansquillec.

 

Nous aurons l'occasion d'échanger sur l’ensemble de ces points lors de la conférence de presse en présence des porteurs du projet le :

 

23 Février 2017 à 11h00

Siège de la Fédération de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques

7 rue Jean Rostand, 22440 PLOUFRAGAN Tél. 02 96 68 15 40

Mail : federationpeche22@orange.fr   www.federation-peche22.com

 

 

Contacts : Fédération de Pêche des Côtes d'Armor : 02 96 68 15 40 federationpeche22@orange.fr

AAPPMA Lannion : Jean François JEANDET, Président 06 85 48 57 78 jf.jeandet@laposte.net