Ressource
Présentation

POLLUTION URBAINE

  • POLLUTION URBAINE

 

Depuis les années 50, les rejets dans les rivières se sont multipliés : Voici un échantillon des principales pollutions de l'eau entrainant la dégradation des milieux aquatiques.

 

Événements
Eutrophisation du Doubs franco-suisse !
pecheur-doubs
Pollution du Doubs Franco-Suisse

Emission Radio RTS (16 min à écouter)

 

Pollution aquatique de la Loue

© France 3

Pollution aquatique sur la riviére Bienne

© France 3

Accueil >> Detail

Pollutions en Bretagne

17/04/2017

Bonjour à tous pour information,

 

des pollutions catastrophiques en Bretagne la Fléche nord Finistère, et le Jaudy dans les Côtes d'Armor dans la presse locale aux actualités FR3 19/20 en région et national.

 

Ces pollutions "accidentelles" qui ne pourraient être évitées ! cela pose question sur des dysfonctionnements, relatif aux mises aux normes pour vétusté d'installation ( des fosses pleines de lisier qui cèdent ou des murs de porcherie qui s'effondrent laissant s'échapper les animaux et un torrent de lisier ) qui impactent des rivières de première catégorie classées migrateurs sur des kilomètres de bassin versants, et polluent les captages en eau potable pour l'alimentation des usagers.

 

Les déficits de pluviométrie mensuels sont inquiétants sur les départements Bretons, les départements du 22 et 35 sont placés en alerte déjà touchés par des restrictions pour les eaux superficielles (cours d'eau) à noter que dans le Finistère les courbes hydrologiques sont en baisses notables inférieures à la moyenne et trop faibles pour ce début de printemps sur de nombreuses rivières.

 

Des questions restent posées sur des dysfonctionnements, interventions des agents assermentés AFB pour effectuer les constats et des prélèvements, et la volonté des instances pêches fédérations départementales de la pêche et de protection du milieu aquatique et les aappmas de déposer plaintes dans de pareilles circonstances.

 

http://aappmapaimpol.centerblog.net/

 

La pêche va fermer sur le Jaudy....la pollution touche pour l' instant 14km de cours d' eau...c 'est la cata...

 

Pour éviter que de telle catastrophe écologique recommence, il faudrait mettre en place des solutions qui évitent ces pollutions : constructions surveillées, aide pour la mise en place de système tampon, sur l'implantations des élévages, sur la mise en oeuvre des ouvrages .... le système ne fonctionne pas, et des centaines de bombes à retardement menacent nos rivières...

 

Nous avons besoin de vos témoignages, photos, films ...qui montrent la CATASTROPHE ECOLOGIQUE qu' a subit le Jaudy !!! pour l' instant mortalité visible jusque St-Vincent...et vu le niveau des rivières...c' est pas terminé ! merci de nous les envoyer sur: aappma.pontrieux@orange.fr

 

Ce matin, lundi I0 avril, nous avons fait des constats avec huissier pour délimiter la zone polluée, n’ayant eu aucune info de la part de « l’ex ONEMA » qui n’a pas daigné prévenir les 2 AAPPMA concernées (AAPPMA des Abers, AAPPMA ELORN).

 

En fin de matinée, nous avons appris qu’un agent de « l’ex ONEMA » aurait fait un constat de pollution… dès jeudi. Il a fallu l’intervention du président de la fédération pour que nous obtenions cette info … 5 jours après un rejet de plusieurs dizaines de M3 de lisier ! Une mise au point s’impose au plus haut niveau car les disfonctionnements s’accumulent.

 

Rappelons que la pollution d’un ru, sous affluent de l’ELORN, en mai 2O16 n’avait fait l’objet d’aucun PV de la part de l’agent qui s’était déplacé à notre demande et qui avait pourtant constaté en présence de 4 témoins, qu’il y avait mortalité de poissons ! A suivre !

 

Publié le 9 avril 2017 DESASTRE SUR LA HAUTE FLECHE ; une hécatombe sur la FLECHE des sources jusqu’à la confluence du ruisseau de PLOUNEVENTER, environ 1OO mètres en amont du pont de COAT MERRET. Cette pollution serait consécutive à un déversement de lisier d’environ 5O M3 (rupture d’une fosse ?)

 

Le jeudi 6 avril la rivière charriait une eau noirâtre et des riverains ont immédiatement alerté les autorités , lesquelles n’ont alerté ni notre AAPPMA ni celle des ABERS, en charge de la BASSE FLECHE . Il y a pourtant eu intervention des pompiers et de la brigade de gendarmerie de ST POL DE LEON !

 

Les officiels déplorent la perte de 5 tonnes de poissons dans une pisciculture mais tout le monde se contrefout de la faune piscicole sauvage détruite sur près de I0 kilomètres ! Il est vrai que nous sommes là dans le Léon profond !

 

C’est suite à un mail reçu de la fédération des APPMA, elle même informée par un pêcheur, que nous avons pris connaissance de cette pollution samedi matin. Nous nous sommes rendus immédiatement sur place et avons découvert l’hécatombe en longeant la rivière samedi, soit 3 jours après le rejet, les poissons étant déjà pour certains entamés par les prédateurs, comme nous avons pu le constater. Les constats officiels d’évaluation des dommages piscicoles se feront donc au plus tôt le lundi I0 !

 

UN VERITABLE SCANDALE ! UNE NOUVELLE FOIS BONJOUR L’EFFICACITE DU SCHEMA D’ALERTE DEPARTEMENTAL !

 

Environnement. La Flèche polluée. Jean-Yves Kermarrec s'est rendu compte par lui même de l'ampleur de la pollution : « Des milliers de poissons ont péri ». L'AAPPMA va encore porter plainte. 

 

Des milliers de poissons ont péri. L'AAPPMA va encore porter plainte. L'eau qui se trouble. Puis des cadavres de truites à la surface. Signes navrants qui ne trompent pas. C'est bien d'une pollution de La flèche dont ont été témoins des riverains du cours d'eau, habitants à Coat-Méret, à Lanhouarneau, jeudi.

 

"Ils ont aperçu cela le matin en se réveillant. Il paraît que cela a duré jusqu'à 18 h le soir. Et nous ne l'apprenons que ce matin", fulminait, hier, Jean-Yves Kermarrec. Non pas contre les témoins mais contre la discrétion des autorités. « Si nous n'étions pas là pour alerter l'opinion publique sur cette pollution majeure d'une rivière, qui aurait pris l'initiative ? », interroge le président de l'association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique du bassin-versant de l'Elorn.

 

En attendant de pouvoir contacter l'administration, lundi, l'association va déposer plainte en gendarmerie. Des milliers de poissons morts Deux jours après, les traces du désastre environnemental ne se sont pas dissipées : « Des balles de paille en travers du ruisseau démontrent que les pompiers sont intervenus pour empêcher la propagation de la pollution vers l'aval. Ce matin, nous avons remonté la Flèche de Coat-Méret jusqu'à pratiquement sa source, à la confluence d'un ruisseau, six kilomètres plus haut, à Plougar. Nous avons découvert des paquets de poissons morts à la surface.

 

Si l'on ajoute les alevins restés au fond, ce sont des milliers de truites, d'anguilles, de loches, de chabots qui ont été tués. Toute vie a disparu. Comme d'habitude », tempête-t-il. Traces de lisier Pour le président de l'AAPPMA, ce fleuve côtier qui rejoint la Manche dans la baie de Goulven « a été pollué par du lisier ». Reste à déterminer l'origine précise. Une enquête a été ouverte à la communauté de brigades de gendarmerie de Saint-Pol-de-Léon. © Le Télégramme